« Relever un nouveau défi »

« Relever un nouveau défi »

Chaque année, le « Prix de la reconversion des militaires » est organisé par l'Association des entreprises partenaires du ministère de la Défense en liaison avec Défense Mobilité, l'agence de reconversion de la Défense.
Fin 2016, deux sous-officiers ont vu leur projet de création d'entreprise récompensé. Rencontre avec le second lauréat, Antoine Sauer, ancien chasseur-alpin, qui a créé « Rope Up » une plate-forme électronique combinée à un ensemble de services spécialement conçus pour les guides de haute et de moyenne montagne.

antoine-sauerPouvez-vous nous retracer votre parcours ?

Je suis entré dans l'armée par le service militaire. Et j'ai demandé les chasseurs alpins par défi car je ne connaissais pas la montagne. Je me suis engagé au 13e Bataillon de Chasseur Alpin en 1999.
Je suis passé sous-officier et j'ai intégré l’Ecole Militaire de Haute Montagne à Chamonix. Après une période de chef de groupe, j'ai obtenu mon diplôme de chef de détachement en 2005. Puis j'ai été  sélectionné dans le corps d’élite des Unités de Recherche Humaine de la 27e BIM. Muté au Centre d’Instruction de Combat en Montagne, à Barcelonnette, je suis devenu instructeur en montagne. De retour en Savoie, j'ai travaillé pour le bureau opérationnel d'instruction en tant qu'officier adjoint à la logistique.

Après une carrière militaire bien remplie, j'ai eu envie de relever encore plus de défis et d'apprendre de nouvelles choses. Et j'ai créé ma boîte.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre projet ?

Durant toutes ces années de travail en montagne, j'ai côtoyé les guides et accompagnateurs. Je suis un homme de terrain. Et ces professionnels sont une vraie richesse. Ils ont des connaissances techniques, sont passionnés, aiment transmettre… Mais ils ont un gros cailloux dans leurs chaussures : la partie administrative. C'est pourquoi, avec eux, nous créons un logiciel pour les en décharger en automatisant ces tâches.

C'est pourquoi vous avez fondé Rope Up. Quel est l'esprit de votre start-up ?

Rope Up cela signifie « encordez-vous » en anglais. Cela résume l'idée de mon projet : un réseau d'entraide que nous construisons ensemble pour aller chercher le client là où il est. Dans le cadre de mon projet, je suis beaucoup sur le terrain. Je travaille avec 4 petits bureaux des guides. Avec Franck, un de mes deux associés, nous développons notre solution selon la méthode « Agile ». Nous construisons ainsi un petit module de départ sur lequel, tous les 15 jours, nous apportons des améliorations pour rendre un outil parfaitement adapté aux réalités du terrain.

L'informatique, cela semble loin de votre domaine premier de compétences ?

Oui, mais c'est la solution à la problématique des guides. Pour y parvenir, j'ai postulé, en avril 2016, à l'Annecy Base Camp qui fait partie de l'OSV (Outdoor Sports Valley, regroupant 450 marques de l'industrie du sport en Rhône-Alpes). Je fais partie des 5 projets qui ont été choisis… Et j'ai débuté en mai, avant que mon congés pour création ou reprise d'entreprise ne soit validé. Il l'a été en octobre.

Quand la solution informatique sera-t-elle opérationnelle ?

Mon associé, ingénieur en informatique, travaille avec notre agence web pour la création du logiciel.

En juillet 2017, la solution pro sera prête. Ensuite, nous prévoyons une solution de communication à l'hiver 2018 puis une très large ouverture en hiver 2019. Ce qui est important à comprendre c’est que mon équipe et moi travaillons à la co-construction d'une plateforme digitale destinée aux guides et accompagnateurs de montagne qui produira des services de back-office, de marketing et de vente de activités, le tout adapté à leurs contraintes de mobilité.

Je tiens beaucoup au terme de co-construction, car nos développons la solution pour les guides et avec les guides : ces hommes et femmes de terrain veulent du concret.

 En savoir +

La page Facebook de Rope Up
L'association "Entreprises partenaires de la Défense"

 

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

* Champ obligatoire.
Les commentaires postés sur le BlogAgpm sont soumis à validation.