« Blessés physiques et psychiques avancent côte à côte, dans un objectif commun »

« Blessés physiques et psychiques avancent côte à côte, dans un objectif commun »

Dans le Mag AGPM de janvier 2016, vous avez pu découvrir les principales missions du Cercle Sportif de l'Institution Nationale des Invalides (CSINI). La capitaine Sébastien, son directeur, revient sur un nouvel aspect de sa mission.

Dans certains de vos stages, vous mêlez blessés physique et victimes de stress post-traumatique…

Dans de nombreux stages, blessés physiques et psychiques avancent côte à côte, dans un objectif commun. C’est très important pour que chacun puisse se situer plus précisément par rapport à sa propre blessure. C’est un vecteur d’accélération qui aide à retisser le lien social. Souvent, les blessés psychiques aident spontanément leurs camarades à la mobilité plus réduite. Et dans les moments difficiles, ils sont soutenus par des camarades qu'ils pensent parfois plus atteints qu'eux-mêmes. C’est la magie vertueuse de l’entraide. Comprendre, par la force des choses, que l’on toujours besoin des autres, et que l’on peut aussi toujours aider les autres.

Parlez-nous de ces stages en montagne particuliers…

En fait, lors de ces stages, nous parlons entre nous de « resocialisation par l'entraide ». Au cours d'un stage en montagne, des blessés que la vie a vissé dans un fauteuil et des personnes souffrant de stress post-traumatique partagent une aventure commune. Chacun retrouve une utilité et une place dans le groupe… Et ça fonctionne à tous les coups. Certains stages permettent aussi une implication de la famille, car elles souffrent avec le blessé. Cela leur permet de sortir de l'isolement, d'échanger des informations, de se reconnecter à une identité collective. On aide à retisser des liens sans lesquels la vie s’effiloche.

Comment peut-on vous aider ?

Nous sommes une association Loi 1901 et toutes nos actions ne voient le jour que grâce aux dons et au mécénat. Mécénat financier (les dons sont défiscalisés), mais aussi bénévoles. Nous avons besoin de tous pour rendre la vie des blessés un peu plus facile. Nous avons une page Facebook où vous pouvez découvrir une petite partie de nos activités.

 

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans le Mag numérique 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

* Champ obligatoire.
Les commentaires postés sur le BlogAgpm sont soumis à validation.